McLaren 765LT : Senna, prends garde à toi !

Les 720 ch de la McLaren 720S vous semblaient un peu juste ? Voici sa version radicalisée 765LT, 45 ch plus puissante et 80 kg plus légère ! Les 800 ch de sa majesté Senna ne sont plus si loin...

Chez McLaren, les modèles se multiplient mais heureusement, leur appellation facilite la compréhension de la gamme. Ainsi, la 570S crache 570 ch et sa version radicale 600LT, 600 ch. Aujourd’hui, c’est la grande sœur 720S (de 720 ch, vous voyez que ce n’est pas compliqué) qui présente sa version sportive : la 765 LT. Son V8 4.0 biturbo passe à 765 ch, et quelques 800 Nm de couple… valeur identique à l’hypercar Senna forte de 800 ch !

LT pour Long Tail (longue queue) : à 4.60 m, la 765LT est 6 cm plus longue que la 720S
LT pour Long Tail (longue queue) : à 4.60 m, la 765LT est 6 cm plus longue que la 720S

Comme cela ne suffisait pas, la 765 LT a aussi chassé le bout de gras : 80 kg de moins que la 720S grâce, entre autres, à des roues allégées (- 22 kg), des sièges baquets en fibre de carbone (- 18 kg), une ligne d’échappement en titane (- 3,8 kg), une batterie lithium-ion (- 3 kg), quelques absents (moquette, ou clim’ et radio récupérables en option gratuite) et des vitrages amincis et/ou en polycarbonate.

Résultat ? La 765 LT pèse 1 339 kg et repousse encore la fusée 720S à l’accélération : 2,8 s de 0 à 100 km/h (- 0,1 s), 7,2 s de 0 à 200 km/h (- 0,4 s). Merci au poids en baisse, à la motricité supérieure des Pirelli Trofeo R de série, et à la boîte robotisée à double embrayage qui adopte une gestion plus adaptée à un usage sur circuit.

Malgré 765 ch et 800 Nm de couple, la 765LT reste une simple propulsion...
Malgré 765 ch et 800 Nm de couple, la 765LT reste une simple propulsion...

Plus véloce en ligne droite, la McLaren 765LT le sera aussi en virages : toujours pas d’autobloquant ni de barres antiroulis, mais une suspension (dont les amortisseurs sont reliés entre eux via un circuit hydraulique) à la gestion revue ; des pneus Pirelli Trofeo R montés de série, comme la McLaren Senna ; des voies élargies et une garde au sol abaissée à l'avant ; enfin, un appui aérodynamique augmenté de 25%, grâce à une carrosserie redessinée et un aileron mobile à trois positions.

Ce dernier s’abaisse en ligne droite pour réduire la traînée, se déploie progressivement en virages pour renforcer l’appui, voire s’escamote vivement en cas de gros freinage pour renforcer la stabilité et réduire les distances de freinage. Un dernier point aussi bonifié par un meilleur refroidissement, et des étriers empruntés -encore et toujours- à la Senna…

Source : L'argus.fr